People come first

People come first

Le Lean, c’est quoi pour vous ?

Beaucoup de réponses pleuvent : la réduction des coûts (faux ! lisez pourquoi ici), la satisfaction client (pas faux), l’efficacité opérationnelle (certes il y’a bien un article)…

Ce à quoi on croit chez Operae Partners, c’est que le Lean a pour but d’améliorer les compétences des collaborateurs. Et qu’en conséquence, les délais et la qualité seront améliorés, la satisfaction client atteinte et les coûts diminués.

En lean, people come first (ça sonne bien en anglais, non ?).

Lire la suite « People come first »

Comment s’approprier la transformation technologique ? En faisant du lean, pas de la formation !

Comment s’approprier la transformation technologique ? En faisant du lean, pas de la formation !

Le télétravail est tombé sur la tête des salariés un jour du mois de mars 2020. Aucune entreprise n’était prête à fermer ses bureaux et à continuer à fonctionner avec tout ou partie de ses salariés à distance. Chacun a appris en marchant : les DSI ont mobilisé et mis à disposition les moyens qui permettaient de se connecter aux systèmes de l’entreprise, les chefs de projet ont appris à coordonner le travail grâce à des réunions sur Zoom ou Teams, les commerciaux ont obtenu les moyens de signer des contrats à distance, etc…

Ce grand désordre aura conduit notre société à s’approprier tout un volet des technologies digitales bien plus rapidement que le rythme antérieur ne le laissait présager. La transformation technologique ne s’arrête pas à la possibilité de travailler ensemble mais à distance, loin de là. L’internet des objets par exemple, ou encore la génération de connaissances par le travail des données, vont révolutionner le monde de l’entreprise et leur appropriation n’a pas « bénéficié » d’un effet covid.

Lire la suite « Comment s’approprier la transformation technologique ? En faisant du lean, pas de la formation ! »

Vous êtes-vous déjà demandé comment on peut être efficace dans le désordre ?

Vous êtes-vous déjà demandé comment on peut être efficace dans le désordre ?

Comment peut-on être performant si l’on ne retrouve même pas un stylo sur un poste de travail mal rangé ?

Je vais vous raconter comment on peut améliorer son environnement de travail grâce à la méthode 5S. Cette méthode tire son nom des cinq premières lettres des mots japonais : « Seiri », « Seiton », « Seiso », « Seiketsu », « Shitsuke » ; les cinq étapes qui la composent.

Lire la suite « Vous êtes-vous déjà demandé comment on peut être efficace dans le désordre ? »

Comment le management visuel m’a aidée à rendre mes problèmes visibles

Comment le management visuel m’a aidée à rendre mes problèmes visibles

Il y a trois ans et demi, j’ai débuté ma vraie première expérience professionnelle au sein d’Operae Partners, une société de conseil en management spécialisée dans le Lean qui intervient dans tous les secteurs d’activité.

Pour ma part, le Lean était une notion totalement inconnue, les termes PDCA, VSM, SIPOC… étaient nouveaux et j’avais du mal à entrevoir l’utilité du Lean surtout pour les métiers de mon domaine c’est-à-dire du back office.

Dès mes débuts chez Operae, on m’a confié un certain nombre de tâches pour débuter, parmi lesquelles on retrouvait les tâches administratives, la gestion des notes de frais, la gestion des services généraux, la comptabilité… à cela venaient s’ajouter des tâches ponctuelles (achat de fournitures, archivage de documents, réservation de coursiers…)

Problème : chaque mission qui m’était confiée devait être réalisée dans des délais impartis. Seulement, en acceptant constamment de réaliser des tâches ponctuelles ou en ne priorisant pas, il devenait pour moi de plus en plus difficile de sortir des livrables et surtout de finaliser mes tâches principales.

Comment ce problème a été solutionné à l’aide du Lean ?

Lire la suite « Comment le management visuel m’a aidée à rendre mes problèmes visibles »

Projet informatique critique en danger ? Allez sur le gemba !

Projet informatique critique en danger ? Allez sur le gemba !

Dix mois ont suffi pour mettre au point et fabriquer le vaccin contre la Covid-19 alors qu’au début de la crise sanitaire, les estimations annonçaient plutôt vingt mois de délais. Cette rapidité de développement laisse songeuses certaines équipes informatiques s’échinant à concevoir et livrer leur nouveau produit. Les projets informatiques ont aussi leur lot de crises après des séries de plans d’urgence en retard.

Comment le Lean IT peut-il aider les équipes IT à surmonter une crise client ou interne ?

Pour l’illustrer, prenons l’exemple vécu chez un éditeur de solutions informatiques, se lançant dans la création d’une nouvelle solution de paiement mobile en janvier 2020 pour concurrencer de nouveaux entrants chinois sur leurs marchés historiques européens et américains. L’ambition était de le mettre en vente dès juin 2020. Un an et deux réorganisations plus tard, en janvier 2021, le produit n’est toujours pas commercialisé, pas même en test chez un client pilote. Après avoir subi 15 décalages successifs sur 20 jalons, la Direction Générale tape du poing et impose de le livrer en 2,5 mois soit le 4 avril. L’enjeu est de conserver la position dominante sur ses marchés et de rester durablement compétitif.

Lire la suite « Projet informatique critique en danger ? Allez sur le gemba ! »

DevOps en pratique : comment réduire le Mean Time To Repair

DevOps en pratique : comment réduire le Mean Time To Repair

Bien souvent je travaille avec des équipes, agiles ou non, dont l’attention se porte naturellement sur la fourniture de nouvelles fonctionnalités. Or, dans cette course à la production de valeur pour rester compétitif face à la concurrence, les équipes doivent faire un choix. Elles se retrouvent régulièrement dans cette situation compliquée où il faut faire un compromis entre développer une nouvelle fonctionnalité ou corriger des anomalies.

Sous la pression du marché, le choix se porte un peu trop souvent sur la livraison de la nouvelle fonctionnalité. La dette technique s’accumule et imperceptiblement le nombre d’anomalies augmente. Et par conséquent les délais de résolution, avec les conséquences qui en résultent sur la satisfaction des clients et du métier, ainsi que sur le moral des équipes. Ceci est contraire à l’esprit DevOps qui préconise de travailler sur 4 indicateurs clef dont l’un est le « Mean Time To Repair » (MTTR – cf Wikipedia), le temps moyen de réparation.

Je vais vous expliquer comment je traite ce problème dans une équipe produit avec certaines pratiques de DevOps s’appuyant sur le management lean dans l’IT.

Lire la suite « DevOps en pratique : comment réduire le Mean Time To Repair »

Pourquoi et comment restaurer et développer le capital humain dans les entreprises ?

Pourquoi et comment restaurer et développer le capital humain dans les entreprises ?

Il y a quelques temps, j’avais écrit un petit article sur la préservation du capital environnemental par les entreprises au même titre que ce qu’elles font pour leur capital financier.

La préservation du capital financier est portée par une notion comptable assez simple : l’amortissement.

C’est la constatation comptable et annuelle de la perte de valeur des actifs d’une entreprise subie du fait de l’usure, du temps ou de l’obsolescence. En face de l’amortissement se trouve la dotation aux amortissements qui consiste ainsi à constater en charge, comptablement, la perte de valeur que subit une immobilisation en raison de l’usure et du temps qui passe. Cette dotation aux amortissements est une écriture comptable sans décaissement, c’est-à-dire de l’argent « mis de côté » pour financer la remise à niveau de ce qui s’use et qu’on amortit.

Lire la suite « Pourquoi et comment restaurer et développer le capital humain dans les entreprises ? »

Comment nous avons aidé nos clients à diviser par 10 le time-to-market de leurs produits – partie 2

Retrouvez la première partie du billet ici : Frédéric Buono explique comment il a permis à son client de diviser par 10 le délai de déploiement de produits « sur étagère » chez ses propres clients.

Lire la suite « Comment nous avons aidé nos clients à diviser par 10 le time-to-market de leurs produits – partie 2 »

Comment nous avons aidé nos clients à diviser par 10 le délai de déploiement de leurs produits – partie 1

Comment nous avons aidé nos clients à diviser par 10 le délai de déploiement de leurs produits – partie 1

Avec l’avènement des GAFAM et plus particulièrement d’Amazon, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à entrer dans le monde de l’immédiateté et de l’amélioration continue. Elles y entrent avec plus ou moins de réussite, et même l’Etat s’y met. Songez que payer une contravention sur le site gouv.fr prend moins de 5 minutes ! Si ce n’était pas aussi déplaisant, on en redemanderait ! Oui, tous les jours, tout va toujours plus vite pour le client et parfois même le contribuable. Et pourtant, il existe encore de nombreux villages gaulois, de la taille d’un monde, qui résistent encore et toujours à Chronos. Ces entreprises doivent se battre à la fois contre elles-mêmes et contre leurs concurrents. Les produits qu’elles proposent sont plutôt bons. Les personnes qui y travaillent sont animées des meilleures intentions. Mais elles sont d’une désespérante lenteur. Et aujourd’hui comme hier, le temps, c’est de l’argent.

Dans cet article, qui s’inspire rigoureusement de mes expériences sur le terrain, je partagerai avec vous les exigences qui s’appliquent au marché des produits « sur étagère », puis l’enquête de terrain qui a permis, en une année, de diviser par 10 le délai de déploiement chez les clients de ce type de produits.

Lire la suite « Comment nous avons aidé nos clients à diviser par 10 le délai de déploiement de leurs produits – partie 1 »