Faut-il être déçu d’avoir 7/10 ?

Faut-il être déçu d’avoir 7/10 ?

Dans une mairie que je connais très bien, la satisfaction des usagers du service État Civil est mesurée à chaque fois que l’un d’entre eux interagit avec un employé municipal.

Le questionnaire est assez basique. Il reprend les éléments suivants :

  • Date
  • Motif de la visite
  • Avez-vous obtenu ce que vous étiez venu chercher ?
  • Une note comprise entre 1 et 10
  • Un point qui vous a particulièrement satisfait 
  • Un point que vous souhaiteriez que nous améliorions
  • Souhaitez-vous être rappelé pour nous en dire plus ? Si oui, merci de nous laisser vos coordonnées.

La partie notation est présentée de cette façon :

La moyenne des notes tourne à 9,2. Autant dire que c’est stratosphérique.

Lire la suite « Faut-il être déçu d’avoir 7/10 ? »

Pourquoi et comment restaurer et développer le capital humain dans les entreprises ?

Pourquoi et comment restaurer et développer le capital humain dans les entreprises ?

Il y a quelques temps, j’avais écrit un petit article sur la préservation du capital environnemental par les entreprises au même titre que ce qu’elles font pour leur capital financier.

La préservation du capital financier est portée par une notion comptable assez simple : l’amortissement.

C’est la constatation comptable et annuelle de la perte de valeur des actifs d’une entreprise subie du fait de l’usure, du temps ou de l’obsolescence. En face de l’amortissement se trouve la dotation aux amortissements qui consiste ainsi à constater en charge, comptablement, la perte de valeur que subit une immobilisation en raison de l’usure et du temps qui passe. Cette dotation aux amortissements est une écriture comptable sans décaissement, c’est-à-dire de l’argent « mis de côté » pour financer la remise à niveau de ce qui s’use et qu’on amortit.

Lire la suite « Pourquoi et comment restaurer et développer le capital humain dans les entreprises ? »

Comment nous avons aidé nos clients à diviser par 10 le time-to-market de leurs produits – partie 2

Retrouvez la première partie du billet ici : Frédéric Buono explique comment il a permis à son client de diviser par 10 le délai de déploiement de produits « sur étagère » chez ses propres clients.

Lire la suite « Comment nous avons aidé nos clients à diviser par 10 le time-to-market de leurs produits – partie 2 »

Comment nous avons aidé nos clients à diviser par 10 le délai de déploiement de leurs produits – partie 1

Comment nous avons aidé nos clients à diviser par 10 le délai de déploiement de leurs produits – partie 1

Avec l’avènement des GAFAM et plus particulièrement d’Amazon, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à entrer dans le monde de l’immédiateté et de l’amélioration continue. Elles y entrent avec plus ou moins de réussite, et même l’Etat s’y met. Songez que payer une contravention sur le site gouv.fr prend moins de 5 minutes ! Si ce n’était pas aussi déplaisant, on en redemanderait ! Oui, tous les jours, tout va toujours plus vite pour le client et parfois même le contribuable. Et pourtant, il existe encore de nombreux villages gaulois, de la taille d’un monde, qui résistent encore et toujours à Chronos. Ces entreprises doivent se battre à la fois contre elles-mêmes et contre leurs concurrents. Les produits qu’elles proposent sont plutôt bons. Les personnes qui y travaillent sont animées des meilleures intentions. Mais elles sont d’une désespérante lenteur. Et aujourd’hui comme hier, le temps, c’est de l’argent.

Dans cet article, qui s’inspire rigoureusement de mes expériences sur le terrain, je partagerai avec vous les exigences qui s’appliquent au marché des produits « sur étagère », puis l’enquête de terrain qui a permis, en une année, de diviser par 10 le délai de déploiement chez les clients de ce type de produits.

Lire la suite « Comment nous avons aidé nos clients à diviser par 10 le délai de déploiement de leurs produits – partie 1 »

Améliorer notre résistance au COVID en améliorant la résilience de notre DSI

Améliorer notre résistance au COVID en améliorant la résilience de notre DSI

Il y a quelques temps, je présidais un Comité Technique (anciennement Comité Technique Paritaire) dans ma commune. Parmi toutes les discussions que nous avions, l’une d’entre elles portait sur le versement de la prime COVID19 pour les employés municipaux qui ont tenu leur poste pendant le confinement.

Pour ceux qui travaillaient dans les crèches, les centres de loisirs et les fonctions régaliennes de la commune, aucune difficulté, le versement de la prime est automatique. En revanche, pour ceux qui étaient en télétravail, s’est posée la question de la réalité du travail effectué.

Lire la suite « Améliorer notre résistance au COVID en améliorant la résilience de notre DSI »

Le flux tiré, élément central de la qualité de vie au télétravail ?

Le flux tiré, élément central de la qualité de vie au télétravail ?

Et bien nous y voilà, au pied du mur et à la pointe du canon législatif, les entreprises ont dû se résoudre à placer leurs employés en télétravail à mesure qu’eux-mêmes étaient placés en confinement.

Pour toutes les professions non-manuelles, le télétravail est une question de survie. Sans être manuelle, une activité n’en est pas pour autant intellectuelle. Le problème, c’est qu’en confinement personne n’entendra le salarié crier… La capacité de couper le micro ou de présenter un avatar en lieu et place de la vidéo est le grand apport technologique à la conservation du poker face et l’instauration de la souffrance silencieuse. Nous voilà donc devant un paradoxe régulièrement constaté : loin de clarifier la situation, les technologies de l’information vont masquer les problèmes au lieu de les révéler et permettre leur élimination !

Lire la suite « Le flux tiré, élément central de la qualité de vie au télétravail ? »

Plus il y a de bruit, moins il y a de son

Plus il y a de bruit, moins il y a de son

Samedi dernier au marché, je croisais un ancien collègue élu à qui je faisais remarquer amicalement que son absence avait été remarquée lors du dernier évènement municipal.

Il me répondit, franchement chafouin, « qu’il ne venait pas aux événements auxquels il n’était pas invité ».

Stupeur, comment se faisait-il qu’une personne « taguée » comme VIP puisse ne pas être invitée ? Un petit Gemba s’imposait. Lire la suite « Plus il y a de bruit, moins il y a de son »

Ralentir pour satisfaire son client ?

Ralentir pour satisfaire son client ?

Par les temps qui courent et avec le développement du DevOps, la tentation est de vouloir aller toujours plus vite. Mais est-ce bien toujours ce que le client demande ?
La pratique régulière de la voix du client (donnez-moi exactement ce que je veux, quand je le veux, où je le veux, soyez fiables, ne me faites pas perdre mon temps) aide à se fixer les bons objectifs. En effet, à quoi bon s’améliorer là où le client ne nous attend pas ? Lire la suite « Ralentir pour satisfaire son client ? »

Affectation n’est pas affection

Affectation n’est pas affection

Ce matin, l’application a encore oublié de tomber en marche et Damien va ouvrir un ticket pour obtenir au plus vite le droit de travailler à nouveau.

Entre temps, faute de pouvoir faire ce qui est prévu aujourd’hui, Damien va remplacer l’attente par de la surproduction en travaillant sur une petite tâche qu’il doit réaliser d’ici à 3 semaines. Mais bon, on n’est jamais trop en avance…

Lire la suite « Affectation n’est pas affection »

Flux tiré et informatique

Flux tiré et informatique

Le flux tiré est par excellence l’outil qui permet de produire au rythme du client. Son utilisation dans l’IT n’est pas exempte de contraintes ni de déconvenues.

Un exemple générique du passage en flux tiré d’une équipe dont la production est fortement cloisonnée serait le suivant :
– Poser le processus, par exemple sous forme de kanban ;
– Poser l’encours et le stock ;
– Se définir un nombre quotidien de pièces à produire en relation directe avec les attentes des clients ;
– Produire.

Inévitablement, la production se heurte à des difficultés : l’air renfrogné, chacun découvre que le nombre de pièces produites est inférieur à celui attendu !

Lire la suite « Flux tiré et informatique »