Interview de Grégory Verdon, dirigeant : « Ce que le Lean apporte à mon entreprise »

Grégory Verdon est dirigeant de Soditel, une entreprise d’électricité basée à Pessac, à côté de Bordeaux. Grégory est intervenu dans le cadre du Lean Tour à Bordeaux (une intervention à ne pas manquer) et nous en avons profité pour lui poser quelques questions sur sa perception de la démarche Lean qu’il a entamée avec son entreprise depuis 18 mois maintenant.

Comme toujours, la perspective d’un dirigeant est toujours incomparable pour exprimer ce que cette démarche peut apporter à l’ensemble de l’entreprise. Nous ne sommes plus alors dans le jargon de consultants ou dans la spéculation d’enthousiastes zélateurs : nous sommes dans la réalité d’entreprises qui font levier de l’agilité pour avancer dans un monde incertain.

Lire la suite « Interview de Grégory Verdon, dirigeant : « Ce que le Lean apporte à mon entreprise » »

La solution digitale parfaite pour les besoins de management visuel et d’obeya par Ubikey et Operae Partners

Chez Operae Partners, experts du Lean et de la conduite agile de projets, nous avons choisi la technologie Ubikey d’obeya digitale pour répondre à deux besoins :

1/ numériser notre management visuel papier,

2/ partager le management visuel avec des équipes distantes.

En alliant la connaissance technique de Ubikey et notre expertise du Lean management, nous avons développé conjointement une solution qui permet de pratiquer le management visuel de manière totalement dématérialisée. Lire la suite « La solution digitale parfaite pour les besoins de management visuel et d’obeya par Ubikey et Operae Partners »

Le Lean management est un merveilleux outil de leadership, Baptiste Michel CEO de BAM

Baptiste Michel est cofondateur et dirigeant de BAM. Spécialisée dans le développement d’applications mobiles en ReactNative, la startup accompagne les entreprises dans leur transformation digitale depuis fin 2014 ; elle compte aujourd’hui 45 experts dans ses rangs.

Dans cette vidéo, Baptiste Michel explique qu’il a découvert le Lean à l’époque où la démarche était lancée chez Theodo. Il considère que cette approche « apporte de la rationalité là où il y a des soucis, que cela l’a beaucoup aidé dans son métier« . Fort de cette découverte, il a donc décidé d’adopter le Lean comme stratégie lorsqu’il a créé BAM avec son associé, Marek Kalnik, et ce, pour nourrir la croissance de leur entreprise. Lire la suite « Le Lean management est un merveilleux outil de leadership, Baptiste Michel CEO de BAM »

PME : améliorer la trésorerie par le développement des collaborateurs

Il y a deux raisons essentielles pour lesquelles je fais ce métier de coach Lean. Tout d’abord pour aider à redonner du sens au travail (je développerai cette notion dans un autre billet dédié, promis). Nous passons une bonne partie de notre vie au travail (pour ceux qui ont la chance d’en avoir) et l’idée d’exercer une activité dépourvue de sens et de satisfaction m’est insupportable.

La seconde est, dans le contexte de la mondialisation, d’aider les entreprises à conserver des emplois en France en améliorant leur compétitivité : « Nous sommes les soldats de la guerre économique » comme aime à le répéter notre directrice Marie-Pia Ignace. Accompagner des dirigeants de PME est un levier majeur pour répondre à ces deux aspirations.

J’ai la chance d’accompagner Grégory Verdon depuis plus d’un an maintenant. Acteur infatigable de l’agilité au Centre des Jeunes Dirigeants (CJD) de Bordeaux après que Christophe Riboulet et Cyril Dané lui ont inoculé le virus, Grégory m’a sollicité avec ses deux amis, dirigeants eux aussi : Arnaud Barde (Aloïs) et Cédric Moncoqut (CapInfo). Lire la suite « PME : améliorer la trésorerie par le développement des collaborateurs »

Évaluation des compétences et plan de formation : en Lean, on cherche à savoir qui doit apprendre quoi pour réussir

On associe parfois l’évaluation des compétences des collaborateurs à l’entretien annuel. Et pour cause ! C’est traditionnellement à l’occasion de ce rendez-vous obligatoire, piloté par les Ressources Humaines, que les managers font le point avec leurs collaborateurs : bilan des objectifs fixés l’année précédente, définition des nouveaux objectifs pour l’année qui vient, évaluation des points forts et des points faibles du collaborateur par le manager et expression des souhaits en termes de formations et d’activité à travers des challenges, eux aussi souvent imposés par le manager… Lire la suite « Évaluation des compétences et plan de formation : en Lean, on cherche à savoir qui doit apprendre quoi pour réussir »

Quel retour sur investissement et quels gains économiques attendre du Lean ?

 

Premier élément de réponse : le Lean permet avant tout d’obtenir un avantage concurrentiel sur les concurrents qui ne pratiquent pas. Lire la suite « Quel retour sur investissement et quels gains économiques attendre du Lean ? »

Le QRQC c’est quoi ?

 

Informations supplémentaires, ou points de détails, quant à l’utilisation du QRQC :

Etape 1 : N’oubliez jamais !

Il est important de noter l’identifiant de la pièce où se trouve le défaut et le symptôme spécifique caractérisant le défaut pour retrouver la pièce dans le futur, pour être précis dans la description du défaut. Pour clarifier le problème et pouvoir communiquer sur cet écart de qualité.

Etape 2 et 3 : Vous le valez bien !

Il convient de se demander : « Combien de clients sont impactés ? ». Quantifier les impacts permet de mesurer l’importance du défaut de qualité vis-à-vis du client et donc du temps que l’on doit accorder au QRQC. De la même manière, les impacts pour l’équipe et l’entreprise donnent aussi une orientation ; mais l’impact client est le plus déterminant car c’est au client que l’on livre de la valeur. L’objectif du Lean est de satisfaire le client par une qualité irréprochable. Plus les impacts sont forts, plus on se permet de consacrer du temps au QRQC.

Etape 4 : On enquête en baskets !

On identifie le lieu d’apparition du défaut sur le processus réel, c’est-à-dire le point de cause, par une croix rouge. En sachant exactement où une personne s’est aperçue du défaut, on peut savoir d’où partir dans le processus pour faire son observation sur le terrain. On observe alors l’activité sur le terrain concrètement, ainsi que la pièce dans ses détails, sans uniquement se fier aux outils et références.

Etape 5 : Les 5 “Pourquoi ?”

A chacune des hypothèses posées, il est nécessaire de se poser cinq fois la question « pourquoi ? ». Cela permet de ne pas s’arrêter à des causes superficielles mais de creuser jusqu’à la cause racine.

Etape 8 : Vous avez le choix !

Si un standard existe et que l’écart de qualité découle d’un geste qui a été effectué sans respecter ce standard, alors on effectue un rappel des bonnes pratiques décrites dans ce dernier, ou on le modifie si on observe que sa rédaction doit être retravaillée pour être bien comprise de tous. S’il n’y a pas de standard existant alors on s’attèle à sa rédaction pour éviter une réapparition du problème de qualité. On a donc le choix entre : former, faire évoluer ou créer.