Réduire le nombre d’anomalies en ramenant la qualité au cœur du processus de développement – partie 2

Le deuxième principe pour améliorer la qualité des développements informatiques, c’est le bac rouge.

Dans les chaînes de fabrication « Lean » le bac rouge est une caisse de couleur « rouge » dans laquelle l’opérateur va disposer les pièces qu’il aura extraites de la chaîne de fabrication et pour lesquelles il aura un doute. Ces bacs sont ensuite analysés conjointement entre équipe de production et équipe de conception. Ils constituent ainsi un véritable point d’interface entre ces deux équipes. Lire la suite « Réduire le nombre d’anomalies en ramenant la qualité au cœur du processus de développement – partie 2 »

Réduire le nombre d’anomalies en ramenant la qualité au cœur du processus de développement.

Faire bien avant de faire vite… C’est quelque chose qui va de soi, pour tout le monde.

Pourtant dans le domaine informatique, il arrive parfois que l’on réduise la durée des phases de tests afin d’absorber les retards pris par les phases précédentes. Cette réduction des tests se fait au détriment de la qualité puisque dans la plupart des modes de développement c’est l’intégrateur final qui est responsable de la qualité sortante. C’est lui qui doit déployer une panoplie de tests pour détecter toutes les éventuelles non-conformités. Certaines d’entre elles ayant pu s’introduire dès les premières phases de conception voire lors du recueil des besoins.

Plutôt que de contrôler la qualité à la fin du processus de développement, le Lean Management propose quelques principes qui permettent aux équipes de construire la qualité au fur et à mesure de l’exécution du processus de développement. Lire la suite « Réduire le nombre d’anomalies en ramenant la qualité au cœur du processus de développement. »

Ne pas confondre le Toyota Production System (TPS) et le Toyota Way

toyota-production-system-toyota-houseCertains font parfois un amalgame entre le Toyota Production System et le Toyota Way. Il suffit pour s’en convaincre de regarder la définition de Toyota Way sur la version française de Wikipédia

Peut-être est-ce dû au fait que les deux termes sont souvent représentés sous la forme d’une maison ? Mais si ces deux maisons possèdent un toit identique, représentant les ambitions de l’entreprise (Amélioration de la sécurité pour les collaborateurs et de la qualité pour les clients, Réduction des délais et des coûts de la production pour l’entreprise) les piliers eux sont bien différents. Lire la suite « Ne pas confondre le Toyota Production System (TPS) et le Toyota Way »

Abattre les silos au sein des DSI

 

Lean IT Operae PartnersVoici en quels termes, Benoit, collaborateur du dernier projet Lean que j’ai animé dans la DSI d’un grand groupe témoigne :

« Au front-end daily, on a régulièrement des discussions avec des personnes du back-end pour par exemple vérifier le statut des comptes. Pour ce faire, je suis en contact avec Sven, certains jours, jusqu’à 5 à 6 fois par mail. »

Jusqu’au jour où le coach m’a posé une question : « Sais-tu où se trouve Sven ? »

Moi : « Euh… non pas du tout ! »

Le coach : « As-tu déjà regardé dans l’annuaire interne ? » Lire la suite « Abattre les silos au sein des DSI »

De l’efficacité de la production pièce à pièce dans l’IT

Appliquer le principe du « pièce à pièce » au développement informatique permet de réduire les délais de façon très conséquente. La preuve par l’exemple…

informatique-lean-operae-partnersUne équipe composée d’une dizaine de personnes est chargée de 4 applications utilisées dans des points de vente.

La problématique de l’équipe ? Respecter les dates de livraison

Le principal souci de l’équipe est qu’elle ne parvient pas à livrer tous ses projets d’évolution à la date initialement prévue.

Elle est organisée de la façon suivante : les analystes ont pour habitude de spécifier l’ensemble des évolutions d’une application pour chaque nouvelle version dans un document qu’ils transmettent ensuite aux développeurs, qui à leur tour vont tout développer et transmettre l’ensemble du soft à une équipe de tests qui va vérifier la conformité du développement par rapports aux besoins clients. L’ensemble des étapes prend en moyenne 4 mois, depuis le « go » jusqu’à la livraison pour mise en production.

Suite à un atelier de trois jours qui les sensibilise à l’intérêt de la production « pièce à pièce »*, les membres de l’équipe décident de procéder autrement et de tester une stratégie différente à l’occasion d’un nouveau projet impactant fortement l’ensemble des quatre applications. Lire la suite « De l’efficacité de la production pièce à pièce dans l’IT »