Introduction à la tournée du laitier

Introduction à la tournée du laitier

Traduction du billet « Introduction to milk runs » de Christoph Roser sur son blog All about Lean.

La tournée du laitier est un concept populaire pour la livraison de pièces au sein d’une usine et même entre plusieurs usines. Il repose sur la philosophie du flux tiré, de la réduction des stocks et de la simplification de l’approvisionnement en pièces.

Cependant, elle ne convient qu’aux produits fabriqués en série, ou plus précisément aux composants identiques et aux pièces identiques, même s’ils entrent dans différentes variantes de produits. En outre, elle peut également être utilisée avec le kitting[1]. Commençons par une introduction sur la tournée du laitier.

La version originale

la tournée du laitier origine

A l’origine, comme son nom l’indique, il s’agissait du travail d’une personne livrant du lait à différents foyers le long d’un itinéraire. Cette méthode de distribution du lait était courante aux États-Unis, en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, en Inde et dans d’autres pays. Toutefois, en raison de la nature du produit, ce type de livraison différait considérablement de la livraison du courrier ou d’autres marchandises.

Le lait frais est un produit qui se périme rapidement. Avec la réfrigération moderne, il peut se conserver un peu plus longtemps. Le lait pasteurisé peut même être conservé pendant des mois sans réfrigération. Cependant, de nos jours, le lait cru reste la principale cause d’hospitalisation due à des maladies d’origine alimentaire. La courte durée de conservation du lait était un problème encore plus important avant la réfrigération et la pasteurisation modernes. Il était difficile d’avoir un stock de lait, et le lait devait être consommé rapidement avant qu’il ne se gâte.

Les laitiers ont donc utilisé quelques astuces simples pour aider leurs clients. Le long de leur parcours, ils remplaçaient simplement les bouteilles de lait vides par des bouteilles pleines. Si le client déposait une bouteille vide pour le laitier le matin, il recevait une bouteille pleine. Si le client déposait deux bouteilles vides, il récupérait deux bouteilles pleines (et ainsi de suite). Ainsi, cette bouteille vide n’était pas seulement destinée à être réutilisée et recyclée, mais elle contenait également un signal pour réapprovisionner le lait consommé. Dans le jargon moderne du lean, cette bouteille de lait serait un kanban ! Plus précisément, il s’agirait d’un kanban de transport, puisque le laitier n’a pas produit le lait, mais l’a simplement transporté depuis une installation de stockage. De tels kanban « boîte » sont également courants de nos jours.

Grâce à cette approche simple, le distributeur de lait assurait un approvisionnement stable en lait pour chaque foyer. Bien sûr, les choses pouvaient toujours mal tourner, et le lait pouvait se gâter si le client était absent, ou le client pouvait manquer de lait si sa consommation croissait ponctuellement. Mais la plupart du temps, l’approvisionnement de base était assuré avec un minimum d’efforts.

Mise à jour : En fait, Michel Baudin dit que le terme « tournée du laitier » vient de l’argot des pilotes de combat qui désigne un voyage facile. Juan Carlos Viela, quant à lui, dit que la tournée du laitier était le camion qui collectait le lait des différentes fermes et l’amenait aux installations de traitement. L’origine réelle du nom est donc un peu floue, mais l’exemple des laitiers ci-dessus est un bon exemple de la tournée de lait interne, tandis que le camion de collecte est un bon exemple de la tournée du laitier externe qui sera évoquée ultérieurement.

La course à la logistique interne moderne

La tournée du laitier, en logistique moderne, est à peu près la même que l’ancienne (sauf pour le lait, je suppose). C’est un moyen de fournir des pièces d’un entrepôt central aux chaînes de montage et de fabrication. Comme la tournée d’origine, elle réapprovisionne les pièces consommées à intervalles réguliers. Par conséquent, elle n’est utilisée que pour les produits pour lesquels il y a un besoin constant des mêmes pièces, encore et encore (bien qu’elle puisse être utilisée en relation avec le kitting ; nous y reviendrons plus loin). Il y a quelques exigences pour qu’un processus logistique devienne une tournée de laitier :

  • Il a un itinéraire fixe avec de multiples arrêts. La tournée part généralement d’un entrepôt ou d’une zone de conditionnement, se déplace le long d’un itinéraire fixe avec de multiples arrêts et, à la fin, revient au point de départ. Il n’y a pas d’embranchement ou de retour en arrière. Il y a un nombre fixe d’arrêts le long de la ligne où la tournée de distribution retire les boîtes vides et fournit de nouvelles boîtes remplies de pièces.
  • La collecte du lait se fait selon un horaire fixe. Par exemple, lorsque l’usine est en marche, la collecte est réalisée chaque heure, à H+15 minutes.

La tournée du laitier ne réapprovisionne que les pièces consommées. S’il y a une boîte ou un conteneur vide, la tournée l’emporte et, lors de la visite suivante, apporte une boîte pleine des mêmes pièces. Bien sûr, il est possible d’apporter une pièce à la demande qui n’est nécessaire qu’une seule fois, mais il vaut mieux l’éviter. Le réapprovisionnement normal des pièces consommées est le plus simple, et plus vous ajoutez d’exceptions et de tâches supplémentaires, plus il y a de chances que quelque chose finisse par se coincer. Ne le faites que si vous ne voyez aucun autre moyen de l’éviter.

L’image ci-dessus montre un exemple de tournée de distribution de lait dans une usine avec un total de sept arrêts (y compris l’entrepôt au début). Ces trajets peuvent être effectués à l’intérieur de l’usine (logistique interne) ou sur des routes publiques reliant plusieurs usines ou fournisseurs (logistique externe).

Les avantages de la tournée du laitier

La tournée du laitier offre quelques avantages et suit la philosophie du Lean Management.

Elle transforme un travail souvent aléatoire (« hé, nous avons besoin de plus de pièces par ici… ») en un travail standardisé et cyclique. La distribution du lait suit une norme unique, raisonnablement simple, qui se répète presque à l’identique, encore et encore, ce qui constitue une grande amélioration par rapport aux appels aléatoires de pièces (par des humains ou par des systèmes ERP) qui sont encore courants dans de nombreuses usines.

Comme il s’agit d’un standard qui est répété, vous pouvez utiliser votre main-d’œuvre de manière plus efficace. L’agent de la tournée de lait fournira des pièces à la ligne ou enlèvera des boîtes vides la plupart du temps, alors qu’un chariot élévateur appelé en fonction des circonstances tourne souvent à vide et gaspille donc du temps et de l’énergie.

Comme il s’agit de l’utilisation d’un standard, il est beaucoup plus facile de l’optimiser et de l’améliorer. Comme nous le verrons un peu plus tard, la capacité d’une tournée de lait et son utilisation peuvent être raisonnablement bien calculées, ce qui est plus difficile à faire pour un chariot élévateur qui fonctionnerait à la façon d’un taxi.

La tournée du laitier fait partie d’une production en flux tiré. Les boîtes sont les Kanban qui sont réapprovisionnées au fur et à mesure qu’elles sont consommées. Il n’y a pas d’accumulation de stock. Il ne peut jamais y avoir plus de stock que le nombre de boîtes attribuées au système.

Cette production tirée vous aidera également à transmettre le signal en amont à vos fournisseurs. Si la consommation est plus élevée, le système tirera davantage. Si la consommation est plus lente, le système tirera moins. Même si vous devez toujours convenir avec votre fournisseur des quantités moyennes, les petites fluctuations sont plus faciles à gérer.

Comme la tournée du laitier est une production en flux tiré, il aura moins de stock qu’un système en flux poussé de performance comparable.

Cette réduction de stock entraîne une utilisation réduite de l’espace autour de votre chaîne de montage. Et la ligne d’assemblage est l’endroit où l’espace est le plus précieux. Le gain d’espace sur la chaîne de montage est probablement encore plus précieux pour le système que la simple réduction des stocks. Voir aussi mon article sur les douze façons de créer de l’espace autour de votre chaîne de montage.

Un autre effet secondaire du flux tiré est que le stock se gère plus ou moins lui-même. Vous n’avez pas besoin de savoir quand envoyer quoi et où, car cela se fait automatiquement avec la collecte du lait. Enfin, comme le système de tirage est plus ou moins automatique, il y a moins de risques d’erreur humaine (ou informatique) et, dans un système bien défini, il y a moins de risques de ruptures de stock.

Les inconvénients

La tournée du laitier a une limitation majeure : elle ne fonctionne que pour les pièces consommées en masse qui sont en stock sur la ligne d’assemblage. Si votre chaîne de montage a besoin de beaucoup d’articles personnalisés, la tournée du laitier n’est peut-être pas la bonne solution pour vous.

Il est possible de la mettre en place avec des articles personnalisés ; c’est le kitting, où ce sont des kits de pièces qui sont livrés. Cependant, dans ce cas, une approche séquentielle en « juste à temps » est nécessaire. Nous y reviendrons plus tard.

Les prochains billets présenteront l’organisation, puis le calcul et la mise en place du flux.


[1] Le kitting, ou préparation de kits, est une activité logistique qui consiste à regrouper chaque élément pour composer un produit en un paquet, appelé « kit »

Chez Operae Partners, nous sommes les spécialistes du flux tiré dans les services et l’IT. Contactez-nous pour en discuter : contact at operaepartners point com ou 01 40 05 96 88

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s