Lean IT : pour une informatique qui délivre !

surcharge-it-operae-partners-lean“Nous avons une informatique très industrielle” m’ont souvent dit des DSI qui me recevaient pour parler Lean IT. Pendant longtemps, j’ai eu beaucoup de curiosité à aller avec eux, dans leurs équipes, pour voir la création de valeur ; on parle de genchi genbtusu en vocabulaire Lean. Immédiatement, j’ai pu constater que l’industrialisation décrit une organisation très différente dans l’usine et en informatique.
Dans l’usine, surtout Lean, le produit bouge : il va d’un point à un autre, à un rythme régulier et en continu il s’enrichit. Il atteint rapidement un quai de livraison où il trouve la place qui lui était désignée et il est expédié. Le ratio “temps de construction du produit” / “temps de passage dans l’usine” est très proche de 1. J’ai vu des pare-chocs produits en 24 heures, du granulé de plastique à l’expédition et chaque pare-chocs était différent de son prédécesseur et de son successeur.

Autant l’usine est calme, autant le département informatique est affairé, sous tension. La moindre demande y suit un process bien défini et pourtant rien ne sort, ou alors si lentement ! Lire la suite « Lean IT : pour une informatique qui délivre ! »

«Vous, les informaticiens, vous testez trop !»

8232445560_8b6a9dfc4d

Premier jour de formation en Lean Management ; le formateur propose un tour de table pour connaître l’origine et le niveau de connaissance en Lean des personnes présentes. Chacune se présente et arrive mon tour. J’égraine mes prénom, nom, fonction, entreprise, mon niveau de connaissance en Lean et ce que j’attends de cette formation.

Réponse du formateur à mes propos : « Vous, les informaticiens, vous testez trop ! ». La personne suivante se présente.

Lire la suite « «Vous, les informaticiens, vous testez trop !» »

Pourquoi utiliser un Pareto visuel ?

peinturerupestre

Nombreuses sont les histoires de projets informatiques — petits ou grands — qui, dans le meilleur des cas, attendent la fin du cycle en V (voir note en bas de page) pour commencer à se poser des questions pour identifier des actions à mettre en œuvre (si le temps le permet) visant à s’améliorer lors du prochain projet. Lesdites questions s’appuient rarement sur des indicateurs autres que le respect des délais et les charges consommées versus prévues. Le reste des questionnements est souvent fondé sur du ressenti ou, si c’est mesuré, un nombre d’anomalie en recette client sans pour autant avoir dénombré celles détectées en recette interne (avant livraison au client). Pour le dire plus simplement, le questionnement se fait quasi exclusivement sur des données quantitatives, quand elles existent.

Cela parait assez caricatural. Pour autant, ami lecteur, si tu travailles dans le domaine de l’informatique, ne te retrouves-tu pas un peu (beaucoup) dans ces propos ? Je le concède, l’une des difficulté en Lean Management, c’est d’accepter de voir les problèmes. Le Pareto visuel va nous y aider.

Lire la suite « Pourquoi utiliser un Pareto visuel ? »

Comment intégrer l’amélioration dans des sprints

sprint-it-lean-operae-partnersDans le cadre d’une démarche de Lean Management, j’ai mis en place, avec les collaborateurs d’une équipe, l’amélioration continue au sein de celle-ci. L’équipe consciente de ses difficultés était motivée et les solutions pour satisfaire pleinement le client final à moindre coût ont pris forme rapidement. Mais j’étais loin d’imaginer qu’après un peu plus d’1 mois d’implémentation, nous devrions trouver une stratégie pour ne pas perdre la dynamique mise en place.

Lire la suite « Comment intégrer l’amélioration dans des sprints »

Le Lean, un accélérateur de la compétitivité

competitivite-lean

L’objectif premier du Lean est de permettre à une entreprise de produire un bien ou un service de qualité, répondant aux attentes du client et à un prix compétitif sur le marché. Afin de servir cette ambition le Lean met à disposition un ensemble d’outils (Obeya, KPI, A3, PDCA, flux tiré…) pour révéler les écarts par rapport à une cible souhaitée. Lire la suite « Le Lean, un accélérateur de la compétitivité »

De Toyota à Google – manager au 21ème siècle

toyota-googleQue trouve-t-on lorsque l’on compare les systèmes de management de Google et de Toyota ?

On parle ici de deux très grandes entreprises différentes par bien des aspects :

  • Google est une société high tech américaine qui n’a pas 30 ans et emploie 66 000 personnes
  • Toyota est un grand groupe industriel japonais créé en 1933 qui emploie 350 000 salariés.

Un seul chiffre les rapproche peut-être : leur bénéfice annuel, autour de 20 milliards de dollars.

Lire la suite « De Toyota à Google – manager au 21ème siècle »

4 octobre 2016 : 1000e jour de coaching Lean & IT

anniversaire

L’informatique est l’un des deux marchés d’Operae Partners (le service est l’autre) et nous sommes fiers d’avoir atteint le 4 octobre 2016, les 1000 jours de coaching en Lean & IT.

Le Lean en informatique rend service à tout type d’entreprise

Notre plus petit client est une startup de 20 personnes qui a Coca Cola comme actionnaire. Notre plus grand est la DSI d’une société du CAC 40. Et la plus tonique est une SSII qui a réalisé 8 M€ de chiffre d’affaires en 2015, 15 M€ en 2016 et vise les 100 M€ en 2021 !

Le Lean en informatique : pour quoi faire ?

Lire la suite « 4 octobre 2016 : 1000e jour de coaching Lean & IT »

Andon, cet outil Lean qui éclaire notre lanterne !

andon-lean-operae-partners

En japonais, le mot « Andon » (行灯) signifie « lanterne de papier ». C’est un terme qui fait référence à un signal lumineux pour avertir les autres d’un problème dans les flux de contrôle de qualité ou de production. Les voyants sont intégrés dans un panneau facilement visible, qui identifie spécifiquement la zone ou le poste de travail qui signale le problème. L’activation de l’alerte par le superviseur – le plus souvent par une corde à tirer ou un bouton d’alarme – arrête la production. Cela permet dans un premier temps deux actions : corriger immédiatement le problème pour relancer la production et alimenter le « bac rouge » avec l’incident détecté. Dans un deuxième temps, dans le cadre du programme d’amélioration continue, l’équipe étudie la fréquence et la nature des incidents collectés dans le bac rouge. La recherche des causes racines et la mise en œuvre de contre-mesures permet de résoudre définitivement le problème. Lire la suite « Andon, cet outil Lean qui éclaire notre lanterne ! »

Trouver son sensei quand on se lance dans le Lean en informatique

sensei-lean-it-operae-partners

Le sensei et le Lean en informatique représentent :

un défi très classique : il est toujours difficile de trouver un bon sensei quand on démarre dans le Lean. Et je ne sous-estime pas la difficulté à le garder ensuite, mais restons sur le démarrage :-). Le sensei est rare puisqu’il sait à la fois pratiquer le Lean management, l’enseigner sans l’enseigner (il fonctionne par questionnement et provocation, sans slide ni salle de formation), choisir des sujets d’amélioration obscurs mais percutants. Bref, il n’a rien à voir avec l’expert qui maitrise sa boite à outils et il est souvent si ce n’est de mauvaise humeur au moins pénible sur ce qui semble être des broutilles.

un défi spécifique dans l’informatique puisque, historiquement, les sensei sont des experts de l’industrie, disons du « manufacturing » et/ou de la « supply chain », mots que j’utilise volontairement pour montrer à quel point on est loin du dév, du test ou du management de configuration pour ne citer que quelques domaines de l’informatique. Difficile de faire confiance au coaching de quelqu’un qui ne sait pas lire une ligne de code…

Prenons le sujet dans le bon ordre :

  1. Pourquoi faut-il un sensei quand on se lance dans le Lean et notamment dans le Lean en informatique ?
  2. Où le trouver ?
  3. Que va-t-il se passer ensuite ?

Lire la suite « Trouver son sensei quand on se lance dans le Lean en informatique »