Le développeur et l’architecture

architecture-informatique-lean-operae-partners
Photo by Greg McDonald on Unsplash

Depuis le début de l’aventure, les projets informatiques se comparent aux projets de construction de bâtiments.

Nous partageons le même modèle d’organisation waterfall.

Nous utilisons le même vocabulaire : archi, MOA, MOE, livraison.

Pourtant, il y a une petite différence qui change complètement le modèle…

La petite différence qui change tout

Cette comparaison systématique nous a fait oublier une chose : l’ordonnancement de la construction est imposé à l’architecte par la nature même du projet, par la nature des matériaux utilisés. Personne ne songerait à poser la tapisserie avant de couler les fondation.

Dans un projet informatique, sommes-nous sujets à ces mêmes contraintes ? Notre habitude de production nous inclinerait à dire oui : je vais d’abord construire la logique serveur, puis la base de données, pour terminer par la logique client et les interfaces.

En fait, cette vision des choses est une contrainte qui n’a aucun fondement. Elle n’est liée qu’à notre obsession de nous comparer à l’architecte.

Pourquoi cette comparaison n’a pas lieu d’être ?

Dans un projet de bâtiment, l’étape de construction constitue le coût principal du projet (environ 85 % pour une maison particulière). L’étape d’architecture représente 10 à 15 %). Dans un projet informatique, la construction coûte… rien ! La phase de construction dans un projet informatique n’est pas le travail du développeur, c’est le travail du processeur qui compile (construit) l’application à partir du code (plan d’exécution), écrit par les développeurs. Les développeurs ne sont pas à comparer aux maçons mais à l’architecte !

À chaque fois que l’on compile le code, nous reconstruisons entièrement l’application. Nous pouvons donc changer les fondations sans modifier la peinture ! Les architectes en rêveraient !

Ceci nous apporte une souplesse incroyable que nous n’avons pas su exploiter en nous évertuant à respecter les contraintes de l’architecte. Ne devrions-nous pas plus vite nous intéresser aux interfaces utilisateurs, lien visible avec le client ?

Avec ce regard, le travail du pilote de projet change complément : il passe du conducteur de travaux au stratège de production de valeur pour le client.

Ce point sera développé dans un prochain article.

Ceci est lié au regard que l’on porte sur la fonction du développeur.

Nous devrions arrêter de comparer les développeurs à des maçons. Leur travail s’apparente beaucoup plus à celui des architectes. Peut-être qu’avec ce regard, nous arrêterons de leur demander de devenir chef de projet avant la trentaine pour ne pas qu’ils ratent leur vie !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s