Lean IT et Lean Start up – Rencontres et complémentarité

lean-start-upLe Lean IT représente une activité importante à Operae, depuis des années, et je connais bien sa mise en œuvre dans des environnements qui vont du CCMI le plus classique au déploiement ambitieux de SAFe. Vient toujours un moment, lors des visites de terrain avec l’encadrement, où l’un d’entre eux me pose la question : « quid du Lean start up ? ».

La roadmap du Lean IT commence le plus souvent par « stabiliser les opérations », c’est-à-dire clôturer les incidents plus rapidement et réduire le nombre d’incidents en entrée. Pour ensuite s’intéresser à livrer les évolutions et les projets avec plus de fiabilité (respecter le scope, le budget, le délai). Ce n’est qu’ensuite que les DSI réfléchissent à la création de valeur : comment mieux soutenir les métiers et/ou innover avec plus de succès ?

C’est ici que le Lean start up trouve sa place.

Le Lean start up, c’est bien du Lean !

Le lean start up est une démarche structurée et agile 1. d’exploration d’attentes sous-jacentes mal adressées par les offres existantes (la « définition du problème » au sens Lean) et 2. de création de services qui vont plaire et se diffuser de façon virale (la « résolution du problème » à l’aide du pdca). Tout cela est très lean !

Il y a donc deux cycles qui cohabitent :build-learn-measure-operae-partners-lean-it

  • la production d’idées, de code et de données
  • l’amélioration structurée, avec le pdca comme méthode scientifique sous-jacente, avec la construction, la mesure des impacts et l’apprentissage issu de l’expérience.

 

Finis les focus group, les cahiers des charges exhaustifs et les effets tunnels de 2 ans ! Avec le Lean start up, on crée des produits plus ou moins parfaits qu’on teste et change avec détermination en fonction des retours mesurés auprès des utilisateurs.

Réussir, ce n’est pas seulement concevoir

conception-deploiement-integration-operae-partners-leanUn nouveau produit ou service informatique cela commence bien sur par une idée (la conception) mais pour qu’il atteigne ses clients ou utilisateurs il faudra aussi intégrer le code dans le système d’information existant ! Les DSI sont rarement vierges de contraintes ; citons l’architecture, la sécurité, les flux à ouvrir, etc…

Enfin, il va falloir diffuser/déployer le produit via les process pré-existants.

 

En conclusion

Autant le Lean start up est une méthode de travail structurée, agile et efficace pour la partie « conception de nouveaux produits[1] », autant il ne propose rien de particulier pour les aspects intégration ou déploiement. Il faudra que le responsable du projet puise dans d’autres ressources du Lean IT pour mener son projet à terme.

 

[1] d’où l’adjonction du terme « start up ». Pour piloter les évolutions de systèmes existants ou la construction de SI réglementaires, il existe d’autres méthodes moins dans l’exploration de l’inconnu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s